samedi 27 octobre 2007

Ecrire votre premier best-seller

Alors comme ça vous vous êtes dit « Allez ! J’écris mon best-seller ! Si les autres peuvent le faire alors moi aussi ! » Et là vous prenez votre courage à deux mains et y allez à fond dans votre projet. Après avoir dépensé beaucoup d’efforts et de temps -comme toutes les autres personnes qui ont tenté l’aventure avant vous-, vous aurez réussi à écrire votre propre scénario, mais de là à en faire un best-seller… Bref, nous en avons tous rêvé un jour ou l’autre, et dès qu’on décide de passer à l’action on se rend compte que ce n’est ni évident ni facile, mais ne désespérez pas car vous serez étonné par la réponse à cette question :

Comment pourrait-on écrire un best-seller, le plus facilement et le plus rapidement possible ?

Bonne nouvelle, après quelques recherches je vous ai découvert une technique secrète qu’utilisent certains auteurs pour écrire de véritables best-sellers ! Je vais vous expliquer comment faire et vous verrez que c’est si facile, que vous vous demanderez pourquoi vous n’y aviez jamais pensé auparavant.

Premier avantage à cette technique secrète : votre scénario s’écrira presque de lui-même!

Si vous parlez aux agents des maisons d’éditions, vous verrez qu’ils ne se plaigneront pas du fait que les auteurs n’écrivent pas ou ne savent pas écrire, mais se plaignent plutôt du fait qu’ils ne peuvent pas créer un scénario qui puisse accrocher l’attention des maisons d’édition.

Vous entendrez l’un dire « Vous savez, tout le monde peut écrire. » Et un autre « Au moins ça qu’ils peuvent écrire assez bien pour que leur travail soit facilement édité. Mais ce qui leur manque c’est l’aptitude à écrire une vraie histoire, un véritable scénario! »

Car voyez-vous, un éditeur sera toujours à la recherche d’un scénario qui fera un best-seller, le genre de scénario qui accaparera toute son attention et son intérêt. Un bon éditeur peut repérer très rapidement un écrit pour lequel il aura intérêt à signer un contrat et un chèque assez rapidement, car il sera quasiment certain que ça fera un best-seller. Sans plus attendre, passons donc à cette technique miraculeuse qui vous permet d’écrire votre best seller à la vitesse la plus rapide au monde !

- Pour commencer, partez à la bibliothèque ou à votre librairie, trouvez un livre qui soit sorti il y a cinq ou dix ans, et sur lequel vous pourrez lire sur la couverture « Best Seller. » Mais attention faites la différence entre Best Seller et « auteur à Best Seller, » nous ne sommes à la recherche d’un livre écrit par un auteur qui a déjà écrit un ou plusieurs Best Seller, nous cherchons à obtenir un Best Seller.

Lorsque vous vous serez procuré un Best Seller, pensez bien que cet ouvrage a déjà été écrit, édité et publié, ce qui veut dire déjà que le publieur avait aimé le scénario pour éditer ce livre, et ça veut dire aussi que ce livre a été lancé sur le marché. Mieux encore, les lecteurs du marché ont tellement aimé le scénario de ce livre qu’ils en ont acheté des centaines, et rapidement des milliers d’exemplaires, ce qui en a fait un Best Seller.

Ca veut dire que ce même scénario que vous tenez entre vos mains est un scénario à Best Seller. Et il n’y aura aucune ambiguïté ni aucun doute là-dessus. Le scénario de ce livre est un scénario qui est celui d’un livre qui bat les records de vente, un véritable scénario de Best Seller.

Qu’allez-vous faire à présent ? Simple, achetez ce livre et lisez-le. Ensuite réécrivez le scénario le plus brièvement possible et de la façon la plus complète que vous pouvez. C’est ce scénario que vous allez utiliser pour écrire votre propre scénario à Best Seller.

Mais ne paniquez pas à l’idée d’utiliser ce livre, car ce n’est pas ce livre que vous utiliserez mais seulement son scénario.

Prenez le scénario que vous aurez écrit et modifiez le maximum d’éléments qu’il vous est possible de remplacer. Changez le genre, changez le temps, changez le lieu, changez les personnages et changez le but à atteindre.

S’il s’agit d’un roman à l’eau de rose, faites-en un western, s’il s’agit d’un western, faites en une science fiction. Si les personnages sont des femmes, remplacez les par des hommes, loups, des dinosauriens ou même des martiens !

Si les événements se déroulent dans le passé, les vôtres auront lieu dans le futur. Si ça se passe à Paris, pour votre scénario ça se passera au Japon, en Australie, à Hollywood ou n’importe quel endroit de votre choix.

Une fois que vous en aurez fini avec tous ces changements, vous aurez votre propre scénario à Best Seller tout prêt, vous pouvez en être sûr, et là vous pourrez commencer à écrire votre livre à succès en un temps record !

32 commentaires:

  1. Malicia: Je viens juste à l'instant de découvrir ton site et j'adore enfin un site utile .
    Les idées que tu donnes sont plutôt bonnes mais lorsque tu parle d'écrire un best seller en se servant d'un autre best seller déja paru ca me géne un peu .
    Perso je ne pourrai pas faire ça le problème avec cette "methode" je pense qu'on perd l'essentiel c'est à dire la LIBERTE ABSOLUE de créer ce que l'on veut et à mes yeux je ne marchanderai jamais avec mes liberté d'écrire de penser et de créer.
    J'éspère que tu comprends ce que j'essaye de dire.
    A partir du moment ou on suis des pistes c'est que le chemin est déja fais et qu'il ne vaut plus la peine d'y rester autant créer sa propre piste si tu voit ce que je veux dire.
    Amicalement h....

    RépondreSupprimer
  2. Salut Malicia : )

    Ce qui est demandé n'est pas de copier l'histoire ou les éléments de l'histoire, mais seulement leur architecture interne. C'est à dire la façon avec laquelle l'auteur a construit son roman.

    Maintenant pour la LIBERTE ABSOLUE... jamais rien n'a empêché qui que ce soit de créer, on peut y aller et s'éclater comme pas possible, MAIS, ça aura 99,99% moins de chance d'être un best seller. Tout dépend de ce que tu veux créer.

    Une fois, j'avais créé un morceau musical, dans un style auquel je m'étais essayé pour la toute première fois, l'année dernière.

    J'avais été vraiment étonné du résultat, la composition m'avait beaucoup plu et je m'en étais allé fièrement la présenter à un "maitre" en la matière, un prof de musique spécialisé dans ce style.

    J'ai commencé à la lui faire écouter, et ça l'avait plu à lui aussi, mais il m'a ouvert les yeux sur quelque chose que je ne remarquais pas encore...

    Il m'a dit: "tu sais c'est une très belle création, je te tire chapeau, mais essaie de créer une PHRASE MUSICALE, et là tu pourras en faire un carton...", et là c'est comme si on venait vous annoncer l'existence d'un oncle dont vous n'aviez jamais entendu parler...!

    Il faut savoir que lorsque je crée de la musique, je la crée pour qu'elle puisse plaire aux autres aussi. Et je pousse les limites encore plus loin, en essayant de créer une musique qui "plait vraiment," qui ne laisse pas indifférent.

    Je n'ai jamais voulu prendre des cours de musique, car je veux créer à 100% avec mes techniques de composition "innées." Juste pour voir le résultat, et arriver au maximum de ce que je peux faire.

    Et j'avais compris pourquoi ma création n'était pas complète, il lui manquait un esprit de "chanson." Car oui, elle n'était pas faite pour être chantée.

    C'est alors que je m'en étais allé repenser ma composition et travailler encore plus dessus. J'ai laissé ma créativité "chanter" dans la composition, et bien sur la composition a été transformée.

    J'ai comparé l'attitude des gens avant et après la transformation, et voilà le résultat:
    Avant: "Ah! C'est bien, elle est super ta musique, continue!" Et bien évidemment, avant de demander les avis, je regardais surtout les premières réactions: mes auditeurs deviennent "branchés" et bougent avec la zik, j'avais réussi à "établir une connexion".

    Après transformation: "Ah! Elle est vraiment bien ta musique." Et ils continuent à écouter, dépassent "la phrase musicale," et au fur et à mesure qu'ils avancent dans cette "histoire réarchitecturée" on pouvait les entendre dire "Waw! mais elle est vraiment super ta musique! J'adore!"

    Après avoir transformé ma musique, je l'aie fait écouter par quelques amis qui ne connaissaient pas ce style, et ça leur avait plu aussi.

    Au final, je n'avais pas "copié" sur une autre musique, j'avais créé en laissant libre cours à ma créativité, mais le résultat était incomplet.
    En reconstruisant l'architecture de mon titre, j'ai réussi à en faire un "tube potentiel," et je suis sûr que je pourrai la lancer sur le marché un de ces jours, rien que pour le plaisir d'être écouté et offrir une production de plus à l'art populaire.

    Maintenant si ça m'a été possible de faire ça en musique (créer un tube, oui parfaitement car je suis allé chez des éditeurs et ils étaient terriblement pris par mon K-groove, hehe...)

    Pour la création d'un best seller, il faudrait juste "se mettre dans la peau" d'un best seller, c'est à dire créer son roman sous une architecture qui peut le permettre.

    Un roman peut plaire, il peut même être très apprécié, mais pour que ce soit un "tube," il lui manquera ces "phrases musicales," c'est à dire des structures de construction qui doivent gouverner le déroulement de l'histoire, et d'une manière assez précise, qui ne peut être étudiée qu'à travers et SEULEMENT à travers un best seller confirmé.

    Ce qui est demandé n'est pas de voler les histoires des autres, mais plutôt "emuler" ce qui fait leur réussite. Et ce qui fait leur réussite, ce sont des choses qui plaisent le plus aux lecteurs. Et ce ne seront pas les événements eux mêmes, mais comment tous ces événements d'histoire sont arrangés par rapport à leur différents rôles dans l'histoire.

    Voilà Malicia, j'ai essayé de t'expliquer ce que mon article voulait exprimer. Merci de ton message et à bientôt.

    K'

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, j'ai découvert de blog par Fate, un apprenti journaliste-écrivain qui sévit sur le même service de blogs que moi, et j'écris ce petit message pour vous remercier de ces conseils que vous dispensez.
    A ma vitesse et ma manière, j'essaye d'écrire quelques "trucs" (lien vers mon blog dispo plus bas ou plus haut), mais il es fort agréable de lire certaines choses, qui boostent, qui instruisent ou qui donnent du courage.

    Continuez comme ça, pour ma part, je vais essayer de reprendre mes travaux...

    RépondreSupprimer
  4. Salut hillson,

    C'est moi qui te remercie : )

    J'espère que tu auras encore plus de plaisir à lire les futurs billets ; )

    A toute!

    K'

    RépondreSupprimer
  5. Le truc pour ne pas dire truc9/08/2008 12:58 AM

    Une citation :

    "Un best-seller est généralement un méchant livre dont la vente permet à l'éditeur de publier d'autres livres tout aussi mauvais mais qui ne se vendent pas." Robert Sabatier

    Bien à vous tous
    Le truc pour ne pas dire truc :
    http://truc.over-blog.org

    RépondreSupprimer
  6. Bravo et merci à toi, Karim
    J'espère que grâce à tes conseils, naîtra parmi tes lecteurs l'auteur d'un futur "Harry Potter"
    (Et ce serait encore mieux si il s'appelait plutôt Henry Pottier)
    Mais à ce propos, un doute…
    Je n'ai commencer à entendre parler (plus précisé-ment: "matraquer") sur Harry Potter, Da Vinci Code et autres mondes de Narnias, que quelques se-maines avant la sortie du super-méga-film mondia-lement diffusé…
    Alors, un "Best-seller" n'est-il pas que la pub pour la prochaine sortie de Hollywood?
    Tia-tia

    RépondreSupprimer
  7. @ Truc pour ne pas dire Truc : j’avoue que je ne connais pas les tous derniers Best Sellers édités en France, mais je pense qu’il ne faudrait pas généraliser pour le reste du monde. Par exemple, pourrait-on dire que le Best Seller « Harry Poter » soit un méchant livre, et que toute sa série ne se vendrait pas si on n’avait pas recours à des stratagèmes marketing agressifs ? Come on : ) Mais peut être aussi qu’il s’agit d’un « vrai » Best Seller ? Qu’aucun éditeur au monde ne pourrait refuser d’éditer ? L'histoire vous a-t-elle plu? Que n'aviez-vous pas aimé dans cette histoire?
    Donc, je suis d'accord pour dire qu’il existe des Best Sellers « méchants » selon les pays, (à cause d’éventuels éditeurs malintentionnés qui maltraiteraient les habitudes des lecteurs du marché du livre) Des informations précises, si j’en ai, dès que possible, j’en posterai ; )
    Qu'en pensez vous?

    @Tia-Tia: Henry Pottier? (Eclat de rire, lol!) Non mais sérieusement, ce serait vraiment un personnage extraordinnaire! Quant à la campagne publicitaire à une semaine avant la sortie dans les salles de l'adaptation du roman en ciné, je ne pense pas que ce livre ait attendu une semaine avant la sortie en salles pour se vendre très bien.

    Pour finir, je posterai des informations plus précises dès que j'en découvrirai d'avantage sur la question des best sellers.

    Merci encore pour vos avis et fidélité, je vous dis à bientôt!

    K'

    RépondreSupprimer
  8. Prétendre sauter d'une première ébauche approximative et discutable à un vrai best seller me paraît relever d'un discours pour le moins assez tiré par les cheveux. Sauf à ressembler par extraordinaire à Nietzsche, on ne s'improvise pas, du jour au lendemain, auteur à succès par la grâce du saint esprit.
    Pas même le matraque publicitaire assuré non sans violence par les grands médias ne réussit bien souvent à booster les ventes d'un auteur n'ayant pas déjà fait ses preuves. Pis encore, ils sont bien nombreux ces auteurs prolifiques produisant régulièrement 1 ou 2 ouvrages l'an, qui restent néanmoins inconnus, pour la plupart, des lecteurs, les vrais juges du produit de l'esprit.
    Il me vient à l'esprit le cas notamment de l'un de ces écrivains bien établi à qui une grande chaîne confie même le soin d'animer une émission littéraire à la télé. Pour avoir jeté à la poubelle, après lecture des vingt ou trente premières pages de l'unique ouvrage qu'il m'ait été donné de lire de lui, je peux témoigner de son incapacité de maîtriser la langue française et de la curieuse cécité de Gallimard qui le publie.
    De là à céder donc à la faiblesse de plagier un best seller, comme nous y convie indirectement le présent article, je ne puis, pour ma part, que décliner la proposition.

    RépondreSupprimer
  9. Prétendre sauter d'une première ébauche approximative et discutable à un vrai best seller me paraît relever d'un discours pour le moins assez tiré par les cheveux. Sauf à ressembler par extraordinaire à Nietzsche, on ne s'improvise pas, du jour au lendemain, auteur à succès par la grâce du saint esprit.
    Pas même le matraque publicitaire, assuré non sans violence par les grands médias, ne réussit bien souvent à booster les ventes d'un auteur n'ayant pas déjà fait ses preuves. Pis encore, ils sont bien nombreux ces auteurs prolifiques produisant régulièrement 1 ou 2 ouvrages l'an, qui restent néanmoins toujours inconnus, pour la plupart, des lecteurs, qui sont les vrais juges du produit de l'esprit.
    Il me vient à l'esprit le cas notamment de l'un de ces écrivains bien établi à qui une grande chaîne de télé confie même le soin d'animer une émission littéraire hebdomadaire. Pour avoir jeté à la poubelle, après lecture des vingt ou trente premières pages de l'unique ouvrage qu'il m'ait été donné de lire de lui, je peux témoigner de son incapacité d'écrire valablement et déplorer la curieuse cécité de Gallimard qui le publie.
    De là à céder donc à la faiblesse de plagier un best seller, comme nous y convie indirectement le présent article, je ne puis, pour ma part, que décliner la proposition.

    RépondreSupprimer
  10. Je viens de faire une lecture rapide des différents articles de ce blog. Bravo et merci Karim.
    Il y a bien longtemps, j'ai rédigé des tracts. Je suis ensuite devenu "écrivant" en rédigeant des supports de cours dans le cadre de la formation continue. Quant à devenir écrivain, c'est une autre affaire.
    Lorsqu'on maîtrise un sujet, il est relativement facile d'en faire une approche rédactionnelle surtout que dans ce cas nous y allons sans circonvolutions; dans un roman l'idée n'est que dans notre tête et les lecteurs, pour s'y mettre, passent par votre rédaction. Si celle-ci est ennuyeuse, si elle n'est pas cohérente, ou encore, si le style est lourd, tout comité de lecture classera verticalement votre manuscrit au bout de cinq minutes.
    Juste une petite remarque amis "bloggeurs" et écrivains en herbe. Vous êtes sur un site d'échanges pour travailler sur notre langue. Evitez l'écriture abrégée et corrigez votre orthographe, ça vous fera un excellent exercice.
    Bon courage à tous.

    RépondreSupprimer
  11. "Comment pourrait-on écrire un best-seller, le plus facilement et le plus rapidement possible ?"

    Bon sang, il faudrait arrêter cette culture hédoniste de la facilité!
    Je n'ai peut-être que quinze ans, mais c'est un postulat fondamental avec lequel (et pas "dont") mes parents m'ont éduquée.
    Les best-sellers actuels n'ont plus rien d'artistique, ou même de littéraire. Proust, Gide et Valéry doivent se retourner dans leurs tombes.

    Je n'apprécie que bien peu l'optique consumériste qui pulse votre blog. J'y suis arrivée par hasard, au détour d'une de mes pérégrinations cybernétiques, et j'ai été encore une fois consternée de constater l'abondance des lieux-communs, des non-dits et des stéréotypes qui semblent l'apanage de la République des Lettres actuelle.

    Je suis désolée de l'âpreté du ton, et comprenez bien que je ne veux absolument pas vous blesser ou quoi que ce soit d'aussi puéril, mais c'est là un cri du cœur, un cri de désespoir venant d'une jeune qui ne veut pas passer ses prochaines décennies le nez plongé dans des œuvres aux structures toujours identiques et au manque d'originalité consternant.

    Je ne vous souhaite pas "bonne continuation", parce que j'ai rarement lu un tissu aussi denses d'inepties littéraires, mais vous envoie tout de même mes salutations.

    Maria, du Maroc.

    RépondreSupprimer
  12. Maria,

    je salue la vélocité de ton message, qui m'évite d'avoir à expliciter une fois de plus dans le détail que de calquer le squelette d'un livre dans l'espoir d'en calquer aussi les ventes est, en plus d'une corvée frapée a priori d'inanité, un exercice d'une valeur artistique nulle voir même, à certains égards, offensant envers les notions d'originalité et de création qui devraient toujours régir une telle activité. Erivez avec votre sang disait Nietzsche, pas avec un bouquin de Marc Levy entre les mains.
    Console toi donc, Maria, car, quelque part, il existe toujours des francs tireurs pour oeuvrer dans le sens d'un renouvellement des schèmes et lutter contre le déssèchement sénile dont semble atteint, en cette obscure époque, le monde des Lettres et, dans une plus large mesure, celui des Arts en générale.
    Bon vent

    RépondreSupprimer
  13. ... Henry Pottier, c'est celui qui lutte contre Lord Valdemarne ?
    On a apparemment les mêmes références :P
    Désolée pour ceux qui l'ignoraient mais ça existe déjà.

    RépondreSupprimer
  14. Dis moi donc, chère Maria!
    je pense que tu te prend "vraiment pour quelqu'un", à employer des mots compliqués, et à parler de bests sellers comme des nullités absolues!
    C'est très gentil à Karim de t'avoir répondu aussi poliment, moi je t'aurais répondu par les trois gros mots qui indisposent toujours mes parents.
    Considères-tu vraiment Harry Potter comme un livre sans aucune originalité?
    Mais...Et toi alors? Tu n'as rien écris? Rien publié?
    Commence d'abors à te regarder que de critiquer les autres!
    Bien à toi,
    Apolline

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir à tous,

    Appoline, merci beaucoup de ton soutient. Il est vrai que mon blog est loin d'être parfait, ceci dit je souhaite améliorer mon français à l'avenir, certainement quand j'aurai plus de temp mais surtout plus d'énergie, car avec deux boulots je suis vidé...

    RépondreSupprimer
  16. Je suis choquée par ce que je viens de lire ! Pour faire un best seller, rien de plus simple, il faut être malhonnête. C'est du joli ! C'est là qu'on reconnait les véritables génies qui n'ont pas besoin de ça pour créer des chefs d'œuvres de la littérature.

    RépondreSupprimer
  17. coucou! j'ai trouvé ton article vraiment très intéressant! J'avoue que j'ai pas eu le courage de tout lire donc peut-etre qu'on te l'a déjà demander, mais je saisi pas trop ce que tu entends par cette fameuse "structure". Tu peux m'aider?? Et aussi, est-ce que, si j'ai déjà quelques idées en tête, je peux appliquer cette technique à mon histoire ou est-ce que je dois créer mon histoire sur base de cette structure??

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour à tous!
    Après avoir longuement lu et relu cette technique miraculeuse, j'ai décidé de la tester car, désolée, je suis un peu septique! Seulement voilà, arrivée à la bibliothèque, je n'ai pas vraiment trouvé de livres avec la mention best-seller, de 1 et de 2, je me suis demandée si tous les livres à succès pouvaient convenir. Si je veux écrire une série, dois-je prendre une trilogie ou peu importe? Une série d'autant de livres ou même pas? Dois-je prendre un livre aux antipodes de mon scénario ou un avec un vague air de ressemblance? Puis-je adapter le scenario à mes débuts d'idées ou dois-je en crées un adapter au scenario de ce livre?... Bref, je doutais de tout.
    Et, qui plus est, je me suis posée LA question: qu'est-ce que la structure miraculeuse dont tu parles tant? Soudain, je n'étais même plus sûre d'avoir saisi les fondements même. Pourrais-tu, s'il te plaît, me donner un début d'exemple?
    Comme si ça ne suffisait pas, me voilà partie sur d'autres questions capitales: le narrateur, externe ou interne? Conserver le même point de vue d'un bout à l'autre ou varier? Comment faire pour faire varier un interne? Changer de personnage à chaque chapitre? Où trouver toute l'inspiration? Comment créer un monde à part entière? Doit-il être beau ou plein de défauts? Et mon héros,fille ou garçon? Parfait ou proche de la norme? Meme si je sais que je peux me permettre sur pas mal de ces points de suivre mes envies, j'aurais besoin d'un œil avisé pour me guider vers le chemin le mieux adapté à mes 15 et mon manque d'expérience.
    Je n'ai pas eu le courage et le temps de lire tous tes articles donc excuse moi si je pose des questions auxquelles tu as déjà répondu, ne prend pas la peine d'y repondre alors, je saurai me débrouiller et tu as surement mieux à faire! ;)
    J'ai conscience de soulever pas mal de questions qui vont sans doute te demander un certain temps pour me répondre, alors surtout ne t'inquiète pas, je ne suis pas pressée! ;)
    merci d'avance pour cette aide..tout simplement merveilleuse et inimaginable que tu vas m'offrir en te penchant sur mon cas, un peu désespéré. :p
    Merci beaucoup!!

    RépondreSupprimer
  19. Lézard Génial:

    Que dalle. La recette du best-seller c'est comme les astuces bidons pour se faire 100 balles en deux heures.

    Une histoire marche quand elle vient du coeur, de tes tripes, de la vision que tu as de l'univers. Mais si tu cherches à t'adapter au lecteur, c'est naze.

    Un bouquin, c'est le vaccin contre la connerie. Et si il y a une bande de guignols qui cherchent à se faire du blé là-dessus, c'est qu'ils n'ont pas plus de consciences qu'un gros banquier...

    Ciao les jeunes!
    Lézard Génial

    RépondreSupprimer
  20. Prix Nobe en copiant
    Oui Karim a raison, pour ceux qui doute il suffit de lire dans les archives du 'monde' l'entretien réalisé par un journaliste de ce journal avec l'écrivain égyptien N Mahfouse Prix Nobel (publié par ce journal quelques jours après la date de l’attribution de ce prix à cet écrivain)
    Je résume: après avoir connu l’échec de mes trois premiers romans en rapport avec les Pharaons, j'ai procédé de la manière suivante : j'ai copié à la main plusieurs ouvrages de grands écrivains occidentaux en rectifiant les noms des personnes et des lieux puis en rectifiant des passages entiers que j’ai remplacé par des descriptions de la vie locale petit à petit j'ai me suis trouvé auteur de mes romans connu qui ont décroché le prix Nobel…..
    Si vous désirez voir la référence exacte, contactez-moi. amortahar@gmail.com

    RépondreSupprimer
  21. @Caliope : serais tu moins choquée d’apprendre que certains best sellers d’aujourd’hui le sont devenus grâce au fait que des maisons d’édition aies ajouté l’annotation « best seller » avant même de commencer à les vendre avec succès? Quant à la méthode simplifiée de l’article, il ne s’agit pas de copier qui que ce soit, mais de s’inspirer de certaines architectures internes affin d’en créer la tienne, qui pourrait avoir le plus de chances de donner un résultat similaire sur le marché, mais seulement en repérant un véritable best seller, celui qui a eu un succès phénoménal sans aucun artifice marketing agressif (bien que la panoplie marketing de base soit nécessaire au début.) Si tu devais écrire, pour une raison ou une autre, un best seller, ton éditeur pourrait tout aussi bien t’imposer une foultitude de directives à suivre affin d’atteindre cet objectif, ceci si ton histoire présente un potentiel très intéressant évidemment. D’ailleurs ce serait un excellent sujet à traiter lors d’un prochain article.

    @Anonyme1 : tout dépend de ce que tu veux réaliser, pour avoir une idée plus précise sur ce que j’entends par « structure » reportes toi aux articles de conseils pour écriture de scénarios en trois parties (mais on ne parle pas ici d’un best seller):
    http://ecrire-conseils.blogspot.com/2008/03/comment-dvelopper-votre-style-dcriture.html
    http://ecrire-conseils.blogspot.com/2008/07/astuces-pour-jeunes-crivains-en-herbe.html
    http://ecrire-conseils.blogspot.com/2008/07/astuces-pour-jeunes-crivains-en-herbe_24.html

    @Anonyme2 (Fleur de Lys : désolé j’ai supprimé les autres doublons): Excellentes questions ! Je préparerai un article plus explicatif et moins choquant que celui-ci : )

    @Lézard Génial : oui en effet, la notion de best seller est purement commerciale, et l’article s’est proposé de donner une suggestion de technique possible sans plagier qui que ce soit, pour les personnes intéressées. Je devrai créer un autre article qui couvre ce sujet avec plus de profondeur, en incluant quelques exemples et études de cas.
    En dehors des considérations commerciales, je suis entièrement d’accord avec ce que tu dis.

    @Anonyme3 : Oui en effet, Naguib Mahfouz a décroché le prix nobel de la littérature en 1988, a-t-il employé la technique mentionnée dans l’article, ça je ne le sais pas. Ceci dit ce qui attire mon attention c’est que dernièrement, des auteurs Egyptiens sont apparemment en train de produire des best sellers dont le nombre de ventes n’a jamais été atteint par Naguib Mahfouz, leur a-t-il ouvert cette porte ? A suivre…

    N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter tout en haut à droite en cliquant sur « je m’abonne » et en introduisant votre adresse email puis votre nom ou pseudonyme

    A plus tard !

    Karim

    RépondreSupprimer
  22. Désole pour les liens qui ne sont pas actifs, il suffit de les copier et de les coller dans la barre d'adresse de votre navigateur

    RépondreSupprimer
  23. honnêtement je suis um peu choqué par tout ce qui se dit surtout par toi Anonyme!
    Tu n'a vraiment pas mériter ce prix car tu n'est qu'un tricheur.Tu as fait du plagia pourquoi? pour recevoir un prix ces sa?
    Ecrire un livre ne devrait pas etre pour le succès, la plupart des écrivains ne cherche pas a recevoir un prix,il ont du plaisir a inventé une histoire et tampis si personne n'aime car s'il yan a qui n'aime pas d'autre aimerons sans doute. J'ai 17 ans et j'adore écrire mais surtout inventé des histoires. J'aimerais publier l'une de mes histoires pas pour gagner de l'argent ou un prix mais juste pour avoir la satisfaction d'avoir publier MON histoire.Meme si personne n'aime , ce n'est pas grave.
    Des tricheurs comme toi on s'en passera!

    RépondreSupprimer
  24. Quoi que vous en pensiez, il ne s'agit n'y pas de "recette bidon" !
    Prenons deux histoires hyper connues : Harry Potter (puisque déjà citée ^^) et... la guerre des Etoiles...
    Et bien il s'agit de la MEME trame pour les deux !
    Le héros est un orphelin (Harry/Luke) qui mêne une vie pas très sympa "triste".
    Quand soudain, arrive quelqu'un de différent de son quotidien qui lui annonce et propose quelque chose de pas ordinaire (Hagrid/Obiwan)...
    Il découvre ainsi qu'un autre destin l'attend.
    Un "maitre" va le guider (Dubleddore/Yoda)...
    Et ainsi de suite jusqu'à la fin de l'histoire !
    Pourtant, il n'y a ni plagiat, ni copie !

    Il y a donc bien des "trames" qui marche mieux que d'autres ! ;-)
    CQFD ?

    Norly.
    PS : Bravo Karim pour se blog !

    RépondreSupprimer
  25. Haha merci Norly pour ce brillant exemple, en ce moment même je suis en train de concevoir des stratégies d'innovation dans le contexte de production de contenu sur Internet, et qui peuvent être appliquées à différents domaines, c'est pour ça que je suis un peu ailleurs pour le moment, mais dès que je finis, j'exposerai ET j'utiliserai exactement le même type de techniques, et montrerai comment elles peuvent être appliquées dans la "création" d'une histoire, un exemple très claire du genre de concepts sur lesquels je travaille actuellement: le 'changement de paradigme,' qui consiste à regarder une problématique de manière totalement nouvelle affin de générer un changement radical qui bouleverse tout résultat connu jusqu'à lors.

    Je sais ça peut sembler incompréhensible pour certains, mais je veillerai à simplifier au maximum affin que tout le monde puisse en bénéficier! : )

    Merci encore pour vos encouragements, à très bientôt

    RépondreSupprimer
  26. Je suis assez d'accord avec Maria ; autant le blog est-il plutôt intéressant, autant cet article est-il ridicule. Moi j'ai 14 ans et j'adore écrire des histoires. Qu'elles soient publiées ou non, je m'en fiche, c'est une passion. Mais s'il s'agit de copier un scénario, même en changeant le temps, le lieu etc, il n'y a rien de personnel et donc rien d'intéressant ! Un livre doit venir du coeur, pas d'une envie de gagner de l'argent ! A vrai dire (et ce n'est pas contre Karim qui a l'air tout à fait intelligent et sympathique), ce blog n'aurait pas lieu d'exister, car pour écrire il n'y a pas besoin de conseils ni de stratégies !
    Et Apolline, tu n'as rien à répliquer avec les "mots compliqués" vu que j'ai 18/20 de moyenne, ni avec le "aucun bouquin édité", puisque mon père est éditeur et qu'il m'éditera si le livre que j'écris est bien.

    Salutations à tous.

    RépondreSupprimer
  27. Salut salut !
    Je n'ai pas entièrement lu les commentaires, mais la plupart me font bien rire.
    Tu as tout conseiller d'analyser la structure du roman. Et comme, surement la plupart des gens ici on dépassé l'école primaire, dans une histoire on a la situation initiale, éléments perturbateur, etc... je ne vous apprends rien. Alors je ne vois pas où est la malhonnêté d'analysé un roman. Ensuite, il y a sans doute la manière de le dire qui a peut-être bousculer des gens. Je ne pense pas que ce soit une solution miracle non plus, il y a la communication autour du roman qui compte beaucoup. Bref, tout ça pour dire cela me fait rien de voir des gens qui trouvent que cette methode est "malhonnête" et que je me suis dis à la fin de l'article "hum...mais c'est pas une solution miracle, on analyse de bouquin, pourquoi ne pas le dire plus clairement?"

    Voilà, c'était le commentaire qui sert à rien !
    Sur ce ! Bonne continuation !
    Et merci pour tout ces beaux articles, j'arrivais pas à commencer mon histoire, mais je le sens que ça va le faire.
    Merci ! x)

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour,

    Je suis tombée par hasard sur ce blog et je me suis mise à le parcourir. Tu tiens là un très bon blog de conseils. Certains articles sont très intéressants et d'autres comme celui-ci sont tout bonnement ridicules. Je comprends que certains auteurs (amateurs ou non) s'inspirent d'autres auteurs ayant eu ces dernières années énormément de succès, mais de là à les plagier...

    Pourquoi les jeunes auteurs (dans le sens d'amateur) ou même certains auteurs confirmés essayent coute que coute de faire un best-seller ? Durant des décennies, les plus grands auteurs ont passé toute leur vie dans la misère mais ils étaient heureux car ils exerçaient le plus beau métier à mes yeux : être écrivain. Si votre but est de vous faire de l'argent et non pas d'écrire, trouvez donc une activité plus lucrative que l'écriture. Être auteur c'est pouvoir exploiter son imagination, pouvoir s'exprimer par l'écrit. Un auteur doit être capable d'écrire quelque chose qui vient de lui et non pas d'un autre. Rien que le fait d'écrire devrait rendre tout auteur/écrivain qui existe heureux. C'est ainsi que je vis ma vie d'écrivain et non pas en plagiat les scénarios des autres.

    Par ailleurs, les éditeurs ne sont pas dupes. À force de reprendre les scénarios de best-seller, vous perdez votre originalité. Peut-être que la première fois vous ferrez un petit best-seller, mais les autres fois on se lassera de vous. Un scénario qui fait vendre c'est bien, mais faut-il qu'il soit original sinon c'est commun, banal.

    (Suite du message à venir, impossible d'écrire plus de 4 096 caractères dans les commentaires...)

    RépondreSupprimer
  29. J'ai aussi lu l'ensemble des commentaires avant de poster le mien. Certaines personnes m'ont choquée et d'autres m'ont fait rire. Comme vous vous en doutez, je suis du même avis que Maria du Maroc. Bien qu'étant jeune à l'époque (commentaire posté en 2009), elle a su résumer ce que je pense actuellement sur la méthode "miracle" que propose cet article. (malgré que son commentaire soit un tantinet violent). Toutefois, le commentaire qui m'a choquée est celui d'Apolline posté en juillet 2009.

    "je pense que tu te prend "vraiment pour quelqu'un", à employer des mots compliqués, et à parler de bests sellers comme des nullités absolues! [...] Considères-tu vraiment Harry Potter comme un livre sans aucune originalité? Mais...Et toi alors? Tu n'as rien écris? Rien publié? Commence d'abors à te regarder que de critiquer les autres!"

    Je passe les petites fautes d'orthographe et de syntaxe, nous en faisons tous, moi comprise =D
    Apoline, sache que ce n'est pas parce que Harry Potter est The Best Seller que tout le monde aime ou doit aimer ce livre (pour ma part, je suis une grande fan aussi bien de la saga en livre qu'en film). Ensuite ce n'est pas parce que cette demoiselle a un vocabulaire un peu plus mature pour son âge qu'elle doit la fermer pour ton plaisir personnel. À moins que tu aurai aimé que Maria écrive en langage msn ou avec quelques jolies phrases du genre "non, mais c'est complètement con ta merde" plutôt que de mettre des mots comme tu dis "compliqués". Pour finir, tout comme toi, elle a tout à fait le droit de donner son avis sur l'article. La liberté d'expression n'existe pas pour faire jolie, c'est un droit fondamental et naturel.

    "C'est très gentil à Karim de t'avoir répondu aussi poliment, moi je t'aurais répondu par les trois gros mots qui indisposent toujours mes parents."

    Mon navigateur doit bugué car je ne vois pas de réponse de Karim après le commentaire de Maria... Ah, d'ailleurs ça me rappelle une chose ! Karim, j'ai vu que tu réponds toujours aux commentaires de tes lecteurs et je tenais à te féliciter de la peine que prend à nous répondre. C'est juste dommage que tu ne répondes qu'aux messages d'encouragement et de remerciement et non pas aux commentaires qui sont contre ta méthode. C'est vraiment dommage car tu devrais argumenter pour défendre tes idées.

    J'imagine que tu ne répondras pas non plus à mon commentaire étant donné que je suis contre ta méthode de plagiat. Enfin c'est connu, ça fait toujours plaisir aux visiteurs et lecteurs de parler à un mur.

    Je te souhaite tout de même une bonne continuation :)

    S.F

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour,

    Je pense que tous les livres sont des plagiats, certes inconscients pour la plupart. Un écrivain puise dans son imagination des références à ses précédentes lectures. Forcément. Cette technique proposée par Karim est donc juste un plagiat raisonné. Je trouve la chose plutôt réaliste, humble et dénuée d'hypocrisie. Après, tout dépends de la puissance créatrice et du talent de l'écrivain.
    Karim je vous salue pour votre partage de connaissances.

    RépondreSupprimer

A vos coms!