mardi 6 mars 2007

Ecrire un livre, cinq obstacles à éliminer

Le plus dur quand vous écrivez un livre c’est de commencer, continuer à écrire et surpasser les limites imposées par la compétition existante dans votre domaine. Mais ce qui accentue cette impression, ce sont en fait cinq obstacles majeurs qui ont l’air d’être insurmontables :

1- L’inertie
2- La peur
3- Ne pas avoir le temps
4- Une motivation vacillante
5- Un engagement flou

Bien sûr, aucun de ces obstacles n’est vraiment insurmontable. Voici quelques stratégies simples qui pourront pulvériser ces obstacles qui entravent votre projet d’écrire un livre.

Ecrire un livre, obstacle premier : L’inertie

L’inertie tend à naître dans l’écart existant entre l’idée et son application. Les idées semblent surgir à la conscience pratiquement sans effort, mais en parallèle ce n’est pas le cas pour les livres écrits et finis. Pour arriver à traverser cet écart qui prend de plus en plus d’ampleur entre ‘l’idée et le livre’ et son exploration complète en mots, vous aurez besoin d’une liste d’étapes spécifiques simples qui vous mèneront là où vous voulez arriver. Procurez vous d’abord un registre ou un bon carnet pour toutes vos notes concernant votre livre, premiers brouillons, croquis et autre gribouillages.

Votre liste pourrait ressembler à quelque chose comme ce qui suit :

1- Ecrire des notes dans mon journal sur la raison ou le message de mon livre
2- Ecrire toutes les idées de titres qui me viennent en tête
3- Ecrire brièvement les différents sujets de mes futurs textes sous forme de listes
4- Marquer les idées qui auront besoin de sources et sujets de recherche
5- Ecrire les sujets des différents chapitres, aussi bien que les idées de titres
6- Ordonner les différents contenus textuels à l’intérieur de chaque chapitre
7- Rechercher des livres déjà existants dans le même domaine spécifique de mon livre
8- Aménager un espace qui m’est spécialement réservé pour écrire
9- Réunir des livres similaires au livre que je voudrais écrire (pour avoir de l’inspiration et aussi pour les prendre comme modèles d’organisation, de clarté et d’autres critères)

Une fois que votre projet d’écrire un livre est lancé, c’est une bonne idée de continuer à lister des étapes d’écriture, mais d’une manière toujours plus spécifique et détaillée (c'est-à-dire : trouver des citations correctes d’auteurs, repérer des passages textuels portant sur les ambiguïtés du temps, trouver des données à propos de l’été dernier, et ainsi de suite.)
En vérité, il est absolument impossible d’ « écrire un livre ». Vous ne pourrez effectuer qu’un seul pas spécifique à la fois vers l’accomplissement d’un manuscrit de livre achevé.

Ceci pourrait paraître aberrant, pourtant presque tout le monde oublie ce fait. Ensite ils se retrouve inutilement accablés par la perspective de réaliser cette énorme tâche insurmontable qu’est « écrire un livre ».

Peu importe à quelle étape vous en êtes actuellement dans votre projet d’écrire un livre, il existe une étape suivante. La manière la plus efficace et la plus motivante pour continuer d’écrire un livre c’est de diviser chaque étape en cinq ou dix sous-étapes d’écriture. Vous avez besoin de savoir, exactement et précisément, ce qu’est chaque étape, pour pouvoir élaborer mentalement la façon dont vous allez la finir. Pensez à votre liste d’écriture comme à une sorte d’outil d’ « anti-accablement ».

Ecrire un livre, obstacle deuxième : La peur

Il est pratiquement indéniable, si un projet ne cause pas le moindre symptôme de peur (Serais-je vraiment capable de mettre la chose sur pied ?), que ça ne représente finalement pas un défi assez stimulant ou intéressant pour maintenir le niveau d’implication que vous aurez besoin de sentir pour pouvoir le voir aboutir jusqu’à la fin. Mais dites-moi donc, comment vous débrouillez-vous lorsque vous vous retrouvez à vous enfuir des tâches de l’écriture de votre livre ? Et que le simple fait d’y penser provoque chez vous des sentiments d’accablement de peurs, de doute de vous-même et … d’épuisement soudain ?

La réponse est si évidente, sauf que la plupart d’entre nous peuvent difficilement la trouver. Plongez dedans. Impliquez-vous dans le vrai travail à fournir. La peur disparaît immédiatement lorsque votre attention est engagée par le travail à portée de main. C’est la même chose qui arrive à l’attention d’un petit bébé : il est en train de pleurer, quand le tout petit chaton des voisin fait son entrée : les larmes s’arrêtent comme par magie, parce que l’animal à capturé toute son attention, si bien que le bébé en a complètement oublié de pleurer.
Centrez votre attention sur l’accomplissement de la prochaine étape de votre liste. Ainsi, la peur, le doute et cet épuisement terrible vont se dissoudre (au moins pour le court terme ; quand ils reviendront canalisez simplement votre attention immédiatement sur l’étape suivante, une fois de plus)

De plus, gardez toujours en tête la raison principale pour laquelle vous vouliez écrire un livre. Est-ce de vouloir communiquer un message, de s’engager dans une quête, de cultiver votre talent, ou d’exprimer l’inspiration que vous ressentez lorsque vous lisez le travail d’un autre auteur ? Si vous alliez l’inspiration (votre raison d’écrire) à l’engagement, la peur n’aura plus aucune chance.

Ecrire un livre, obstacle troisième : Le manque de temps

On a toujours tellement de choses à faire, et jamais le temps de le faire. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas écrire un livre. En fait ce n’est qu’une excuse pour contourner votre version personnelle de « manquer de temps » pour écrire un livre. Cependant, on finit toujours par trouver le temps pour faire les choses qu’on veut.

Le plus souvent, ce n’est pas le manque de temps qui est un problème, c’est surtout le sentiment que ce travail à fournir soit juste trop important par rapport aux petits moments qui nous sont disponibles par intermittence.

Prenez la stratégie suivante comme un jeu auquel vous joueriez chaque jour qui passe : réalisez l’équivalent d’une heure de travail grâce à de mini sessions de cinq à dix minutes chacune. Pendant ces sessions vous aurez contribué à votre objectif d’écrire un livre (référez vous à vos petites listes de petites tâches spécifiques à réaliser, et si jamais elle demandent trop de temps, divisez-les en deux, en trois, ou en autant de mini étapes que vous désirez.)

Par exemple, vous pourriez passer vos dix minutes de libres entre vos rendez-vous de travail –ou tout autre lieux- à écrire des notes dans votre carnet concernant le chapitre sept, au lieu de perdre simplement ce temps à attendre en ne faisant rien du tout. Ce serait en effet une excellente idée que d’avoir un carnet spécialement dédié à votre projet d’écriture de livre, et que vous emmenez toujours partout où vous irez. Ecrivez-y toutes vos notes pour référence, et pour le plaisir de voir vos futurs écrits grandir, évoluer et gagner en consistance, grâce à de simples notes.

Une fois que vous aurez atteint l’équivalent d’une heure de travail grâce aux très courtes séances, trouvez un petit moyen de vous récompenser vous-même. Cette étape est très importante. Vous avez besoin de vous sentir bien par rapport à vos efforts continuels d’ajouts de petits volumes de travail dans l’écriture de votre livre.

Ces petits ajouts s’accumulent au fur et à mesure et peuvent vous faire arriver à destination. Il est important de vous récompenser vous-même, parce que la récompense ultime ne peut apparaître que sur le long terme ; ceci représente un aspect inévitable quand on écrit u livre. Les petites récompenses, dans ce cas, sont un moyen d’apprivoiser ce long retard de gratification.

Quand vous serez capables de réserver des moments moins brefs pour écrire votre livre, assurez vous de créer des sessions pour organiser votre travail. Regardez votre montre et comptez une ou deux heures, en vous disant : « D’accord, je bosserai sur mon livre de 19h à 21h ». Par contre ce serait moins facile de dire : « Tiens, je vais passer toute la journée à bosser sur mon livre », car c’est irraisonnable et vous risquez un accablement certain. Vous devez décider des heures de début et de fin de votre travail d’écriture.

Une fois que vous aurez travaillé une heure ou toute autre durée que vous vous serez fixé, prenez une pause et récompensez vos efforts. Ensuite, repartez sur une autre session de travail limitée dans le temps, suivie d’un repos. Psychologiquement, ceci vous encourage à travailler plus, mais sans vous accabler avec la pensée de passer un moment infini à écrire votre livre toute la journée. Le plus probable, c’est que vous passerez votre temps libre de la journée à faire tout sauf écriture. Par exemple, « Je commencerai par nettoyer le garage, le grenier et la cave, puis j’attaquerai l’écriture de mon livre ».

Une dernière chose : Assurez-vous de lister ce que vous comptez faire pendant cette heure ou ces deux heures que vous avez programmé. C’est une autre manière de préparer votre mental à accomplir –d’une manière certaine- cette session de travail requise pour écrire votre livre. Après avoir accompli chaque tâche, jetez un coup d’œil à ce que vous venez de réaliser. Bizarrement, cette démarche est satisfaisante. Elle vous permet aussi de garder un aperçu ou une mémoire visuelle de toutes les choses que vous avez accomplies pendant cette période de temps de travail particulière. Une image vaut mille mots.

Ecrire un livre, obstacle quatrième : Une motivation vacillante

Parfois vous aurez le sentiment qu’écrire votre livre est la chose la plus extraordinaire que vous puissiez imaginer de faire. D’autres fois vous sentirez que bosser sur toute autre chose est juste aussi motivant. Que faire dans ce cas ?

Apprenez à reconnaître le genre de difficulté qui altère votre motivation: Soit il s’agit d’une forme de peur simple, d’un manque de confiance, soit il s’agit d’une forme sournoise d’épuisement, car vous auriez passé trop de temps à exécuter toujours les mêmes tâches d’écriture, sans assez de variations stimulantes.

Etudiez donc vos sentiments, qu’est-ce qui altère votre motivation ? S’il s’agit d’un sentiment de peur, passez à l’engagement dans le travail d’écriture associé à une motivation externe, affin de franchir cet obstacle. S’il s’agit d’un sentiment d’ennui, ou d’épuisement, essayez de trouver lequel, parmi les nouveaux aspect de travail, celui qui peut raviver votre flamme. Quel est ce truc que vous pourriez trouver amusant de faire ?

Une autre technique pour rester motivé(e) est de pratiquer le « Mantra de travail tripartite » : Même heure, Même endroit, Chaque jour. En d’autres termes, organisez vos journées de manière à ce que vous puissiez travailler au minimum pendant une demi heure d’écriture chaque jour (plus tôt dans la journée mieux ce sera,) travailler à écrire votre livre dans le même espace physique.

Vous créerez alors une sphère d’énergie productrice, non seulement dans votre espace où vous écrivez, mais aussi dans la qualité de « pratique habituelle » de travail d’écriture. Si vous répondez présent et écrivez tous les jours à la même heure, vous gagnerez une tendance naturelle à passer facilement au travail d’écriture, grâce à une mémorisation inconsciente de votre rythme de travail d’écriture. Vous pouvez tirer profit de ce phénomène pour bien progresser dans votre projet d’écrire un livre, avec bien moins d’efforts.

Ecrire un livre, obstacle cinquième : Un engagement flou

Votre engagement à écrire votre livre est votre objectif primordial, car c’est ce que vous souhaitez réaliser le plus, en voyant votre livre entrer en compétition avec les autres.

Parfois, certains commencent à travailler sur l’écriture d’un livre avec une idée vague sur leur raison principale. C’est alors qu’ils souffrent d’une amnésie aigue à propos de ces vagues raisons pendant les inévitables périodes de faible énergie et, donc, d’un engagement et intérêt faibles.
Pour protéger votre projet et votre engagement envers ce dernier, préparez une phrase précise expliquant pourquoi vous voulez écrire votre livre. Quels sont les points que vous voulez réaliser, et pourquoi voulez-vous les réaliser ? Soyez aussi précis que possible. Puis affichez vos raisons visiblement dans votre espace de travail, ainsi que sur la couverture de votre carnet d’écriture.

Si vous trouvez que vous avez dépassé et multiplié vos raisons d’écrire un livre par rapport au premier jour, parce que votre sujet aura évolué au fil des premiers chapitres, alors vous n’avez qu’à réécrire simplement votre phrase d’objectif premier. Ceci dit, restez lucide concernant ces raisons. Cela vous permettra de conserver votre énergie et enthousiasme intérieurement (ce qui vous motive,) ce qui constituera finalement votre livre.

Ecrire un livre n’est peut être pas « facile », mais très gratifiant, ça pourra vous offrir plus de récompenses que toute autre activité. Pour commencer à écrire un livre, continuer de l’écrire et franchir la ligne de vos compétiteurs, rappelez vous toujours qu’il existe des solutions pratiques et faciles pour éradiquer l’Inertie, la Peur, le Manque de temps, la Motivation vacillante et l’Engagement flou, d’une manière littéralement instantanée.

vendredi 2 mars 2007

Ecrire un livre

Pourriez-vous écrire un livre ? Voudriez vous écrire un livre ? Devriez-vous écrire un livre? Autant de questions auxquelles nous tenterons d’apporter des réponses.

Ceux qui voudraient savoir comment écrire un livre sont très nombreux. Mais ceux qui entretiennent un tel rêve sont en général spécialisés dans un domaine qui n'est pas vraiment lié à celui d'écrire un livre. Pourquoi se casser la tête à vouloir devenir écrivain alors?

Trois raisons à vouloir écrire un livre : Professionnelle, Personnelle, et une Pression de Talent Potentiel. Ces trois éléments se rejoignent dans un point commun: l'écart existant entre "Je voudrais écrire un livre" et "je suis en train d'écrire un livre." Qu'est-ce qui nous donne l'impression que cet écart est si vaste entre ces deux phrases?

La meilleure réponse vient des trois premières questions de ce même post, et à chaque fois qu'on répond à une de ces questions, une nouvelle possibilité fait son apparition, cette dernière visera à couvrir l'écart existant entre « je voudrais être l'auteur d'un livre » et « J’écris un livre »

Pourriez vous écrire un livre?

Vous êtes un professionnel, quelqu’un qui a travaillé dans son domaine de professionnalisme pendant plusieurs années. Ce que vous savez pourrait être contenu dans un livre. Mais écrire des information sur des centaines de pages, et déployer des messages assez puissants pour assurer un traitement de longueur de livre, sont deux choses très différentes.

Qu'est-ce qu'un message puissant? Il s'agit de votre perspective unique (peut être une philosophie ou un système, et ses applications détaillées.) Si vous avez des messages substantifs, aussi denses qu'attrayants, et que rien d'équivalent ne soit encore apparu dans un livre publié durant les cinq dernières années, alors vous pourriez écrire un livre.

Supposez que vous soyez quelqu’un qui soit arrivé à un certain point dans la vie, là où rien n'est plus un défi, et là où votre expérience se retrouve un petit peu blasée. Vous n'arrivez plus vraiment à vous reposer et restez un petit peu malheureux. Vous avez pensé à exorciser ce malaise en écrivant un mémoire. Que vous passiez à l'acte d'écrire un livre où non n'est finalement qu'une question d'engagement.

Sans le profond désire de trouver des réponses, votre livre souffrira en essayant de contourner le fait de ne pas être heureux. Mais si vous vous concentrez vraiment bien sur votre quête intérieure, alors vous pourrez écrire un mémoire, écrire un livre.

Vous êtes, disons, quelqu’un qui a toujours senti un désir pour écrire. A chaque fois que les mots d'un auteur exprimaient vos pensées, vous sentiez un pincement au coeur. Vous voulez écrire, mais vous ne l'avez encore jamais fait, et si jamais ce que vous aurez écrit était affreux, vous vous sentiriez humilié.
Pour quelqu’un avec un talent endormi, l'aptitude de pouvoir se concentrer sur quoi écrire, au lieu d'avoir peur d'écrire d'une manière "horrible," est une aptitude cruciale. Si vous pouvez placer votre attention sur le plaisir d'apprendre à utiliser la langue de manières de plus en plus satisfaisantes, vous pourrez écrire un livre avec le temps.

Voudriez vous écrire un livre?

Qu'est-ce qui vous empêche d'écrire un livre au fait? Pour le professionnel, c'est l'énormité du travail à fournir, en regard des demandes d'une pratique. La solution? Un court emploi du temps, des tâches précises (écrivez des notes sur le contenu de votre livre, disons, à de courts intervalles pendant votre temps libre,) ne vous horrifiez pas avec de longs devoirs inutiles.
Après avoir atteint une heure petit à petit, récompensez-vous. Concentrez vous uniquement sur la tâche à portée de main qu’il vous est possible de réaliser lorsque vous vous rappellerez votre message principal. Tout ce qui viendrait de plus ne sera que de la résistance.

Pour l'auteur de la quête intérieure, ne pas tolérer la frustration est toujours une entrave. Vous devriez vous concentrer sur de petites tâches à réaliser, sur un objectif d'ensemble, et cultiver une habitude d'écriture (le même endroit, le même espace, chaque jour.) La patience de déterrer une matière qui vous mène à la compréhension, et la persévérance de voir les fruits pousser dans la signification, complètent les compétences dont vous avez besoin pour écrire un livre.

Pour beaucoup d'auteurs qui cultivent leur talent, le fait que votre ego ait peur de la honte peut causer un implacable dénigrement de votre propre personne. Laissez votre ego de côté, bâillonnez-le. Réalisez qu'il existe plusieurs genres de talents d'écriture. Faites-en votre objectif de repérer ces choses que vous réussissez et dans lesquelles vous excellez. Aussi, lisez avec appétit, lisez beaucoup, étudiez les techniques utilisées, analysez les styles, et ayez du plaisir à le faire.

Devriez-vous écrire un livre?

Quels sont les avantages à écrire un livre? Pour le professionnel, un livre est attendu par une vaste arène publique. Ayant ajouté une contribution à votre domaine de prédilection, cette crédibilité améliorée vous permet de présenter votre livre régionalement, nationalement, même internationalement, avec d'autant plus de facilité. Etre un porte-parole est constamment votre prochain pas d'évolution dans votre carrière de praticien.

Pour la quête personnelle de l'auteur, un livre est préliminairement un accomplissement intérieur. Si votre livre exprime profondément des thèmes universels, alors vous devriez publier, et découvrir de nouvelles portes entrouvertes qui mènent vers la prochaine étape de votre vie.

Pour l'auteur qui cultive ses talents, la joie d'exprimer vos talents est votre récompense même. Si vous avez beaucoup d'expériences, vous devriez écrire un livre assez tôt. Si vous commencez tôt à écrire dans votre vie, cultivez le jardin de vos capacités, et ignorez les mirages de notre culture que sont renommée et fortune. Et alors un jour, vous devriez écrire un livre.

Comme dans chaque pratique demandant une habitude et discipline d'engagement journaliers (travail,) une concentration délibérée sur ce qui compte (objectif et message,) et l'inébranlable patience et persévérance (revenir, encore et encore, à commencer de nouveau,) votre écriture joindra le monde intérieur avec une forme externe qui se perfectionne progressivement (votre livre, écrit avec un seul mot à la fois.)