mercredi 30 juillet 2008

L'autocritique

Après avoir écrit le brouillon de votre roman/nouvelle/histoire courte, La première question que vous devriez vous poser pourrait bien être : « Ai-je prouvé la morale (le sens profond) de mon histoire ? » Si vous vouliez montrer que l’avidité menait au bonheur, avez-vous réussi à le prouver dans votre histoire ? Ou était-ce quelque chose d’autre qui mène au bonheur ? Finalement, en ayant bien cherché, « Non, en fait c’était la chance la vraie cause du bonheur, » me répondriez vous.

Si c’est la chance et non l’avidité, alors vous devez réécrire votre brouillon d’une manière à ce que ce soit la chance et non l’avidité qui mène véritablement au bonheur. Vous aviez déjà décidé avant même de commencer d’écrire que vous croyiez en votre morale d’histoire, et que ça valait le coup de la démontrer.

Si vous n’avez pas prouvé la morale de votre histoire, vous devez revenir à votre manuscrit et regarder encore une fois ce que vous aviez planifié, regardez les causes et les effets, et décidez des changements que vous devez faire affin que votre histoire puisse prouver ce sens profond et caché.

Si vous décidez qu’avec un certain personnage, il s’était avéré qu’il ne s’agissait pas d’avidité, mais de sacrifice de soi à la fin de l’histoire qui a finit par mener au bonheur, alors vous devriez penser à modifier votre morale d’histoire même à ce stade d’écriture très avancé. Car si jamais vous deviez modifier votre morale d’histoire, il vous faudra réécrire votre livre d’une manière à ce que l’histoire puisse prouver effectivement cette nouvelle morale d’histoire.

Demandez-vous si vous avez touché les émotions de votre lecteur, et si vous lui avez permis de s’identifier au personnage. Y a-t-il une scène où un personnage sensé être sympathique se comporte soudain cruellement ou d’une manière stupide, ou encore faussement, jusqu’au point de perdre son tempérament sympathique ?

Vos personnages sont-ils en opposition ? Sont-ils toujours présentés de la manière la plus efficace, la plus cohérente et la plus complète ? Sont-ils suffisamment mis à l’épreuve, d’une manière à ce qu’ils ne puissent s’échapper de la confrontation avec le conflit ? Ont-ils des passions qui les font vibrer ? Sont-ils bien motivés ? Prennent-ils des décisions claires ? Sont ils déterminés ? Avez-vous évité les personnages-stéréotypes ? (Vous savez, les personnages dont le genre est beaucoup trop facile à identifier et pas original du tout, exemple : un John Wayne, un Superman…)

Votre personnage principal devrait se développer d’une manière complète, avez-vous développé votre personnage d’une manière suffisante ?

Avez-vous plongé vos personnages dans un conflit progressif ? Vos conflits sont ils statiques ? Font ils de petits bons des fois ?

Vos conflits sont-ils résolus d’une manière acceptable, d’une manière à ce qu’on puisse ressentir une très bonne cohérence? Votre lecteur a-t-il eu l’agréable impression que votre histoire lui a été racontée d’une manière complète ?

Les scènes et les incidents sont ils assez variés ? Les répétitions sont elles évitées ?

Votre histoire commence-t-elle là où il faut ?

Avez-vous commencé votre histoire trop tôt, d’une manière à ce que ça prenne trop de temps aux conflits pour décoller ? Avez-vous commencé votre histoire trop tard ? De façon à ce que votre lecteur soit plongé dans le conflit progressif sans avoir eu la chance de tisser un minimum d’intimité avec vos personnages ?

Les événements de votre histoire se développent-ils indépendamment l’un de l’autre ? Votre lecteur est il capable de suivre sans problème les étapes A, B, C et D de vos événements ?

Le point culminant de votre histoire est-il révolutionnaire ? Est-il satisfaisant ? La résolution de votre point culminant comporte-t-elle une surprise à l’intérieur ? La résolution de votre point culminant a-t-elle été exploitée à son potentiel maximal affin de générer des émotions fortes chez votre lecteur ?

Votre histoire contient-elle un peu de justice poétique ou paradoxale? S’il n’y en a pas, votre histoire accepterait-elle d’en contenir ?

Votre histoire montre-t-elle les multiples visages de vos personnages importants ? Avez-vous montré la diversité de leurs états émotionnels ?

Les personnages sont ils révélés dune manière complète à la fin ?

Y-a-t-il des événements qui risquent d’aller contre le point culminant de votre histoire ? Si vous en trouvez, éliminez-les.

Demandez vous si vous avez choisi la bonne voix narrative (la façon spéciale avec laquelle s’exprime votre personnage narratif imaginaire.) Est-ce agréable de lire votre histoire par cette voix là ?

Les flash-back que vous avez utilisé sont-ils tous nécessaires ?

Avez-vous épuisé tous les conflits qui méritaient d’être exploités dans le contexte de votre histoire ?

Les actions importantes ont-elles été décrites d’une manière efficace ?

Peut-on facilement identifier les conflits de votre histoire, si possible, dans les conflits de la vie réelle ?

Vérifiez chaque scène, est-elle propulsée par un conflit progressif ? Est-ce aussi trépidant que ça pourrait l’être ? Si certaines scènes n’accrochent pas le lecteur, et si votre histoire peut s’en passer, éliminez simplement ces scènes.

Vérifiez chaque phase des dialogues, servent-elles le conflit ? Contribuent-elles au développement des personnages ? Font-elles avancer l’histoire ? Les dialogues sont-ils frais, pleins de couleurs ? Sont ils les choses les plus intelligentes à faire dire à vos personnages?

L’écriture est-elle charismatique ? Votre écriture ouvre-t-elle l’appétit du lecteur ? Donne-t-elle envie à votre lecteur de sentir, écouter, voir, toucher et utiliser son sixième sens ?

Les occasions de faire de l’humour ont-elles bien été saisies ?

La voie passive a-t-elle été utilisée au moment où elle devait être active ? Les choix de vos verbes ont-ils bénéficié d’une attention toute particulière de votre part ? Avez-vous écrit d’une manière précise et spécifique au lieu d’une manière généralisée ? Y a-t-il une bonne densité temporelle et textuelle dans vos écrits ? Votre écriture a-t-elle été vigoureuse et pleine de conviction, ou alors boitillante et insipide ?

On dit qu’Ernest Hemingway n’hésitait jamais à réécrire ses scènes jusqu’à ce qu’elle lui plaisent, souvent jusqu’à trente ou quarante fois ! Les critiques de Hemingway disent qu’il était un génie.

Mais en y réfléchissant bien, était-ce le génie de Hemingway qui le poussait constamment à travailler très dur, ou alors était-ce son dur travail qui a donné naissance à des œuvres de génie ? Je vous laisse méditer sur cette question et en attendant, je vous souhaite plein de plaisir dans votre travail et la meilleure des satisfactions.

32 commentaires:

  1. Très intéressant de lire toutes ces questions pour prendre du recul. Quant à Hemingway, est-ce un vrai exemple ou un exemple extrême, tel un Flaubert ? Et surtout, la vraie question : à quand une oeuvre de l'auteur ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je viens de parcourir votre blog, ce qui me frappe en premier est votre générosité. Le partage de votre savoir est un vrai don. Ensuite je vous remercie pour tous ces conseils que je vais "étudier" consciencieusement. je voudrais recevoir votre news letter.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Karim!

    Wow! Voilà un billet des plus enrichissants! Toutes ces questions sont soulignées avec justesse. Merci pour ces précieux conseils.

    En ce qui concerne Hemingway, cela me fait penser à la citation suivante :

    « Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage. »

    :o)

    RépondreSupprimer
  4. Mais dans tout génie se cache peut-être un travailleur acharné !

    RépondreSupprimer
  5. Juste un tout grand merci pour ce blog que je prends plaisir à lire et à relire.
    Quand l'inspiration n'est pas au rendez-vous, la foule de conseils semés dans tous vos messages me permettent de me poser, de réfléchir à ce que j'ai écrit jusque là pour repartir de plus belle.

    RépondreSupprimer
  6. Intéressant. Allez voir sur : zeunknown.hautetfort.com pour trouver des oeuvres placées sous licence libre. Disponibles gratuitement. C'est super intéressant !

    RépondreSupprimer
  7. Vallisnéria12/08/2008 6:00 AM

    je suis arrivée sur ce blog par hasard et je suis enchantée des conseils que j'y découvre
    Merci infiniment pour ce partage..

    RépondreSupprimer
  8. Salut !
    @ G. Borgay : Flaubert recherchait toujours la beauté à travers la vérité historique, j’aurai l’occasion de le citer dans de futurs billets. Quant à Hemingway, tu as raison, c’était un exemple extrême, en effet, mais un vrai exemple qui exprime un seul conseil pour ceux et celles qui ont besoin de conseils en écriture : plus vous écrirez, et plus vous excellerez. Hemingway écrivait énormément, et ne gardait qu’une petite partie de ce qu’il écrivait, le reste partait à la corbeille.
    Pour répondre à ta question : « à quand une œuvre de l’auteur ? » eh bien, je suis en train d’écrire mon premier livre en ce moment, ceci dit il n’a pas grand-chose de littéraire ; c’est un eBook sur le design graphique : ), et en attendant des œuvre un peu plus littéraires, je continue à faire grandir ce petit blog. Dès que j’écris un bouquin, sois-en sûr, il sera publié en ligne en moins de deux ; )
    @ Anonyme : merci de tes mots très généreux ; ) quand à ma newsletter, elle n’est pas encore au point. Few ! Depuis le temps que j’y pense, il serait temps de la préparer : ). En attendant, je laisserai un message à chaque fois tout en haut du premier billet affiché, pour préciser la datte du prochain billet.
    @ Anne : c’est moi qui te remercie : ),
    « Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage. » Bien plus de classe que ce que j’ai cité plus haut, merci ; )
    Avec la pratique, on ne cesse jamais de s’améliorer. Lorsqu’on est passionné(e), ça rend les choses encore plus simples, et relativement plus faciles. Il faut donc laisser ses passions s’exprimer à volonté.
    Enfin, pour passer à des niveaux supérieurs et libérer totalement son talent, il faut dépasser les moments d’apprentissage les plus durs : lorsqu’une discipline ou un module vous rebute, il faut s’acharner dessus, jusqu’à ce que ça ne devienne plus un obstacle. Le résultat : on pourra alors pratiquer son art avec une passion encore plus puissante grâce aux nouvelles connaissances et aptitudes que l’on vient d’intégrer à notre travail, et du coup, avec une maitrise et un talent supérieurs (ou au moins qui grandissent beaucoup plus vite qu’avant.)

    Merci bregman, Anonyme X 2 et Vallisnéria pour vos comentaires sympas.

    Bonne chance à tous !

    RépondreSupprimer
  9. Cher Karim,

    Ce fut un grand plaisir que de trouver ce site. J'avais besoin de conseils pour ecrire et me voici exauce. Si tu as besoin d'idees pour des histoires et etant donne ton bilinguisme,je te conseille d'essayer des sites web outre atlantiques comme verizon central ou les nouvelles locales avec des chaines comme FOX News ou NBC. Tu peux meme pour NBC taper nbcnom delaville@nbclocal.com (nomdela ville par example philadelphia).

    Encore merci,

    PhB

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Karim,
    Si il est un raccourci sur lequel je clique facilement c'est bien celui là. Cela fait toujours du bien d'avoir de tels conseils, cela re-motive, fait réfléchir et quelque soit le sujet, apprendre d'un autre permet d'acquérir plus rapidement une certaine maturité.
    Inutile de réinventer le fil a couper le beurre n'est ce pas ? :)
    J'aimerais très égoïstement, que tu fasses un billet sur le climax.
    Des idées d'environnement, de personnages, j'en ai, mais j'ai un mal fou a savoir ou cela me mènerait et sans climax principal( je ne parle pas des innombrables petits climax qui sont autant de petites histoires necessaires), sans le climax ultime donc, il est difficile d'avancer dans un roman. Pire il est même limite impossible de le commencer. Non ? Bref une histoire du climax ?

    Ma question n'a peut être aucun intérêt mais elle est posée :p

    Encore merci pour tes billets !

    RépondreSupprimer
  11. Super blog !

    Pourquoi as tu arrêté, j'ai encore besoin de conseil ???

    A très vite

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,j'ai 14 ans et j'adore ecrire. J'ai commencé un roman, j'avance bien, mais... je voulais savoir... est-ce une erreur de continué d'écrire mon roman si je ne sais quelle va en ê^tre la fin ?
    Merci d'avance pour vos réponses, et surtout merci pour ses conseils déjà publiés.
    ps : désolé pour les fautes mais il faut que j'aille vite car je suis presser, mais il me faut vivement une réponse.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Anonyme de 14 ans.
    Prenant des cours sur les personnages et ayant quelques notions de scénarios, je me permet juste un petit commentaire, que je te conseille d'approfondir d'ailleurs : je ne sais pas si la fin PRECISE du roman est obligatoire pour continuer mais le plus important est que tes personnage, ton ou tes héros aient un OBJECTIF et que tu tiennes ces objectifs malgré les obstacles. Quoiqu'il en soit, CONTINUE, ne te décourage JAMAIS. Ton roman sera lu, tu auras des critiques par des pro, tu le recommenceras en partie sans doute, peut importe, CONTINUE. C'est en écrivant qu'on devient écrivain :) et en tous cas, déjà, FÉLICITATIONS :)

    RépondreSupprimer
  14. Vraiment passionnant, merci beaucoup ! Mais je suis d'accord avec Aud... on en veut encore !!!
    :)

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis ravie et j'aimerais échanger les liens avec vous.
    Eléonor

    RépondreSupprimer
  17. Je ne veux offenser personne, toutefois il me semble que votre article est assez peu pertinent, voire un poil superficiel, tarte à la crème, voire totale fadaise.

    RépondreSupprimer
  18. Hello Karim !
    Je te remercie beaucoup (même plus, et d'ailleurs je suis loin d'être la seule) pour ce fameux blog qui me motive à max pour l'écriture d'un roman. Je crois que l'imagination me manque, mais dès qu'elle sera présente je n'hésiterais pas à relire tous tes articles qui, j'en suis certaine, m'aideront énormément. Certes, il n'y a toujours pas assez d: Je reviens souvent (tous les jours, en fait) sur ton blog, espérant des nouvelles, mais rien. Je comprends évidemment que ça doit être vraiment difficile, et on en demande beaucoup :D Cependant j'espère que tu reviendras vite, on a besoin de toi ^^
    Gros bisou, encore merci !

    Alexandra

    RépondreSupprimer
  19. Très intéressant, dommage qu'il s'agisse des derniers conseils.
    Cela rappelle la quantité de travail nécessaire, et la rigueur indispensable quand bien même le produit final semble avoir été écrit d'un seul trait, sans y penser.

    J'espère que j'ai (un peu) mis en oeuvre vos conseils, je me suis lancé et finis mon premier roman (critique sociale) dont des extraits sont sur mon blog.
    Les émotions bourgeoises

    Tristan

    RépondreSupprimer
  20. C'est comme ça que Marc Levy écrit ses livres?

    RépondreSupprimer
  21. Vraiment super ton blog. J'ai même lu tout d'une traite.. Et c'est là que je m'aperçois que je ne suis pas encore au lit à 1h33. Vraiment chapeau, tes articles démontrent très bien que tu sais de quoi tu parles, puisque tu arrives à ordonner tes idées à captiver.

    RépondreSupprimer
  22. salut Karim!! je vais aller droit au but j'aurais besoin de ton aide serai t'il possible de pouvoir discuter en privée ? si c'est le cas voici mon adresse msn sergent311@hotmail.fr j'attend ta réponse avec impatience
    ton blog ma beaucoup aider

    RépondreSupprimer
  23. besoin de ton aide karim as tu une adresse msn?

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour, Benyagoub!!! Merci beaucoup de la visite. Et merci d'avoir maintenu ce blog-ci dans la web car toujours je lis vos textes en français concernant les conseils sur l'art d'écrire. Il s'agir d'un précieux matériel lequel j'ai toujours le plasir de lire et traduire vers le portugais afin que les brésiliens et d'autres qui comprennent le portuguais puissent entrer dans ce monde de l'écriture.
    Merci beaucoup,

    Helton cenci

    RépondreSupprimer
  25. Merci à tout le monde pour vos messages et appréciations
    Désolé pour l’absence, voici des réponses rapides

    @anonyme 1 (PhB) : tous le plaisir est pour moi, c’est moi qui te remercie

    @David : c’est noté, le Climax est dans la liste des futurs articles, et merci pour les encouragements pour l’écrivain anonyme de 14 ans !

    @Aud : je reviens parfois un tout petit peu, j’ai quelques jours devant moi

    @Anonyme 2 : tu peux écrire ton roman même si tu n’as pas la fin en tête, ça viendra, au passage les conseils de David sont excellents ! Courage tu y arriveras

    @J : Si vous avez une offre à faire il suffit de me contacter (ultranslator ( a ) yahoo . fr) je me ferai un plaisir de partager l’astuce après avoir approuvé le service que vous fournissez

    @Alexandra (Anonyme 3) : merci Alexandra ça me va droit au cœur, oui c’est vrai que c’est un peu difficile pour moi, je suis partagé en plusieurs parties moi-même, parfois je ne sais pas où donner de la tête, mais ce qui est sur, c’est que je reviendrai toujours sur le blog peu importe la durée de mon absence, d’ailleurs j’ai créé la newsletter Ecrire Conseils affin de vous informer en priorité dès qu’il y aura du nouveau, je suis content que le blog ait pu t’aider, je te remercie encore pour tes encouragements !

    @Tristan : tant que je serai vivant je continuerai à poster sur mon blog, j’écris de manière entrecoupée pendant des lapses de temps où je peux me le permettre, j’espère surtout que le contenu de mes articles a pu t’aider, ces articles sont le fruit d’un travail de recherche continu dont j’aurai besoin moi-même pour de futurs écrits, j’ai choisi de partager mes découvertes et trouvailles sous la forme des articles que vous lisez, et en attendant d’avoir le temps de te lire, je te dis bravo pour « Les émotions bourgoises » !

    @P’tit Praince : développez un peu ? Qui est-ce qui a parlé de Marc Levy ?

    @Jérémie : Merci pour ton appréciation

    @Anonyme 4 : merci de ton message, attention il ne faut pas mettre son adresse email comme ça, car tu pourrais recevoir beaucoup de spams, je te conseille de séparer ton adresse avec des espaces et supprimer le @ ou me contacter directement par mon adresse email : ultranslator ( a ) yahoo . fr

    @Helton : Merci Helton Cenci ! Ca me fait énormément plaisir que vous partagiez le contenu de ce blog dans d’autres langues ! Ca me fait beaucoup plaisir de vous recevoir sur mon blog
    Alors mettez vous à l’aise et faites comme chez vous ; )

    N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir une notification dès qu’il y aura un nouvel article, regardez tout en haut à droite du blog vous trouverez un bouton « je m’abonne » cliquez dessus et introduisez votre nom ou pseudonyme ainsi que votre adresse email, mais si vous n'y arrivez pas alors envoyez moi un message sur l'adresse ultranslator ( a ) yahoo . fr

    Voilà je vous dis à bientôt.

    Karim

    RépondreSupprimer
  26. Vraiment intéressant Karim, je cherce justement des gens qui seraient prêts à juger mon travail d'écriture...

    www.julienlootens.com

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour Karim !!
    je cherchais justement des conseils pour commencer à écrire un livre !!
    mes questions ont étés toutes poser
    bravo pour vôtre blog qui est très enrichissant !! merci

    RépondreSupprimer
  28. Ecrire qu'un texte se tient parce qu'il est couronné par une morale me semble aberrant. Ce genre de texte mène à des livres de mauvaise qualité, surtout, et c'est souvent le cas, quand la morale se mêle au didactisme cliché/maladroit.

    Il n'y a évidemment pas de recette pour écrire, les chefs d'oeuvre se nourissent de diverses techniques (le travail de la "densité" du personnage diffère chez Sartre et chez Céline). L'écriture demande du talent et beaucoup de travail ; on écrit lorsque l'on a quelque chose à dire, que c'est nécessaire et vital, que l'on a du style et lorsqu'on a soi-même beaucoup lu.
    Qui se réveille à quarante ans avec l'envie d'écrire, sans s'être jamais exercé, aura peu de chance de faire un jour de la littérture.

    RépondreSupprimer
  29. Ariane,
    En effet, le style fait l'artiste.
    Si l'écriture demande du talent, ce dernier se cultive. Comme toute autre aptitude artistique unique qui se forge par la pratique passionnée.
    Ceci dit, la lecture à elle seule est très loin d'être suffisante, lire des tonnes ne mène à rien si on n'apprends pas à toucher la vie avec plusieurs sens, la tourner dans plusieurs sens et sous plusieurs coutures, et la reconstituer de manière nouvelle et créative.
    Avant de créer il faut apprendre à observer et à comprendre, d'un point de vue retiré, externe, nourri, documenté, ressenti, profondément intéressé.
    Ce recul est nécessaire.
    'La vie' est très vaste, mais il n'y a aucun besoin d'aller bien loin.
    Quant à l'âge, humm... je dirai que tout reste possible, et que tout dépend de la sensibilité et de l'ouverture de l'artiste, et évidemment son potentiel créatif inné absolu.

    RépondreSupprimer
  30. Karim,

    Je suis d'accord avec tout ce que tu avances. Je suis seulement sceptique quant à la manière dont les "recettes" sont dispensées dans ton article et la manière dont tu mets la prétendue morale d'un texte en avant.
    La création littéraire de qualité, à mon goût, se passe de ce genre d'artfices. Il s'agit d'une perception intériorisée et librement exprimée (je parle de la littérature telle qu'on la conçoit depuis le structuralisme, alors que ton article me semble plutôt relever de la manière dont on envisageait le roman de l'époque classique jusqu'au XIXème). Je veux bien néanmoins concevoir que ma posture est quelque peu élitiste puisqu'elle veut radier de l'écriture tous ceux qui ne sont pas nés écrivains...
    Mais tout est une question de qualité littéraire ou non. On peut décider d'écrire pour soi sans avoir la prétention de faire de la littérature...

    (L'auteur véritable et de génie ne décide rien, il agit par nécessité. On peut lire à ce sujet le Journal de Virginia Woolf ou la correspondance de Flaubert.)

    RépondreSupprimer
  31. Ariane,
    Je peux ressentir tes impressions; une réalité est que je ne suis ni littéraire, ni écrivain; juste un artiste/blogueur qui à ressenti un moment donné un fort besoin de couvrir des sujets de conseils pratiques pour écrire: des livres ou histoires, simplement parce que j'étais tombé sur des articles anglophones qui m'avaient beaucoup plu, et surtout parce qu'ils ne parlaient pas forcément de littérature, mais des 'astuces' techniques pour parer le blocage de l'écrivain, comment écrire des histoires courtes, comment planifier son écriture, écrire pour le web etc.
    Le présent article date déjà de presque trois ans maintenant, et ma manière de rédiger ces article se basait largement sur des méthodes anglophones, qui semblaient axées sur la pratique méthodologique plus que sur la littérature. D'où ton sentiment qui est tout à fait compréhensible.
    C'est pour cela que je devrais bientôt couvrir plus de sujets touchant à la littérature, et essayer de créer une bonne balance entre vues pratiques et vues purement littéraires (ça ne va pas être facile!) mais je ferai tout mon possible pour offrir un contenu utile et agréable.

    Donc merci beaucoup Ariane pour ton commentaire et tes avis, ils m'aident beaucoup à me rappeler le but de ce blog: simplifier au maximum, mais ne surtout pas oublier l'essentiel!

    Porte toi bien, à bientôt!

    K'

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour,

    l'exemple d'Hemingway me rassure. Je ne fais encore que rédiger mes premières lignes. N'étant pas un génie de la littérature, le seul moyen que j'ai trouvé pour obtenir quelque chose d'un peu convenable est de passer beaucoup de temps sur un petit volume. J'avais peur pourtant que ce type de travail ne soit pas bon, trop compliqué, pas assez spontané.
    Quand j'apprend qu'Hemingway, dont l'écriture paraît naturelle, réécrivait 1000 fois son texte, je me dit que je ne dois pas avoir peur de bosser la forme encore et encore.

    Tous ces "conseils pratiques" sont donc assez encourageants. Je regrette juste qu'il n'y ait pas plus d'exemples concrets comme ceci. Aussi, vous dites rapporter le résultats de vos recherche, mais pourquoi ne citez-vous pas de sources?

    Petite Piti.

    RépondreSupprimer

A vos coms!